maison-communicante-logo

La maison intelligente s’adapte au handicap

Jeudi, 13 octobre, 2011 Logement handicapé

Conçue par l’IUT de Blagnac (Haute-Garonne), la maison intelligente équipée de domotique n’est plus l’apanage de résidents soucieux de confort, jeunes et en bonne santé. Un simple bip à l’entrée, et l’évier, le lit se placent à la hauteur de la personne en fauteuil roulant: ou âgé, ouvre la porte à l’aide d’un badge, elle se configure pour ses besoins. Une voix de synthèse lui indique que la porte est ouverte et l’électricité allumée. Le tableau de commande électrique monté sur vérins dans le hall descend à sa hauteur, comme le lavabo dans la salle de bains. L’utilisateur peut déplacer les interrupteurs électriques dans chaque pièce, et sera en permanence surveillé s’il le souhaite. Le salon devient, à partir du téléviseur et de sa télécommande, un espace multimédia et internet d’où toute la maison peut également être commandée.Face au handicap et au vieillissement de la population – un Français sur trois aura plus de 60 ans en 2050 selon l’Insee - il faut être «capable de mesurer les besoins des personnes dépendantes et de trouver des solutions», explique le président de l’université Toulouse-Le Mirail, Daniel Filâtre, dont dépend l’IUT.Ainsi le lit de la maison de Blagnac comporte un petit matelas plat qui détecte si la personne couchée se lève: cela allume immédiatement un cheminement lumineux au sol jusqu’aux toilettes, ouvre la porte de la chambre automatiquement…Le résident peut porter un appareil qui signale qu’il n’est plus en position verticale, qu’il a fait une chute. Les pompiers sont prévenus et la porte d’entrée s’ouvre automatiquement pour qu’ils puissent pénétrer dans la maison. «Il est aussi possible de surveiller si une personne s’alimente bien ou non», note Hervé Agnan, gérant de Domo Center, entreprise associée au projet, comme NEIS: d’un centre éloigné, on peut savoir combien de fois elle ouvre son réfrigérateur, quels sont les produits qu’elle en sort si ceux-ci portent un «tag».«La maison intelligente pour le handicap doit pouvoir s’adapter à la pathologie», souligne-t-il. «L’état de la personne est appelé à évoluer – faiblesse, puis fauteuil roulant, puis Alzheimer – et il faut donc pouvoir reprogrammer le système». Un malade d’Alzheimer pourra disposer d’un programme donnant l’alerte s’il s’éloigne de plus de 20 m de chez lui.La maison a été construite pour 370 000 euros; elle représente «un prototype de maison intelligente pour faire face à un enjeu sociétal majeur», dit M. Filâtre.«Il s’agit d’un projet conjuguant les technologies, auxquelles est dédié l’IUT, et les sciences humaines et sociales, un des domaines de l’université Toulouse-Le Mirail», déclare-t-il.Ainsi, «sur cette plateforme expérimentale, on sera capable de mesurer les besoins des personnes dépendantes, et de trouver des solutions» pour leur permettre de vivre plus longtemps chez elles de manière autonome.

Article similaire

3 commentaires

Durant (24 août 2012 à 9 h 29 min):

Bonjour ce post est bien interressant, je vais continuer mes recherches


ethylotest (24 août 2012 à 13 h 33 min):

Salut cet ecrit est bien interressant, j’ai hate de vous relire


mercadeo en linea (21 septembre 2012 à 6 h 51 min):

La domotique est l’ensemble des techniques de l’ électronique , de physique du bâtiment , d’ automatisme , de l’ informatique et des télécommunications utilisées dans les bâtiments et permettant de centraliser le contrôle des différents applicatifs de la maison (système de chauffage, volets roulants, porte de garage, portail d’entrée, prises électriques, etc.). La domotique vise à apporter des fonctions de confort (gestion d’énergie, optimisation de l’ éclairage et du chauffage ), de sécurité ( alarme ) et de communication (commandes à distance, signaux visuels ou sonores, etc.) que l’on peut retrouver dans les maisons, les hôtels, les lieux publics, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *